Exposition ‘Narration textile’ à Liège: le textile comme porteur de récit

Richard Saja travestit et déguise les comtesses, bergers, lavandières et marquis des Toiles de Jouy (Images : Les Drapiers)

Depuis  toujours,  le  textile  est  porteur  de  récit.  De  la  tapisserie  de  Bayeux,  fresque narrative  et  guerrière  aux  travaux d’aiguilles  domestiques,  c’est  un  support  qui accueille autant les traces de notre intimité que celles de l’histoire collective.

Du  4  septembre  au  23  octobre 2021, pour  son  exposition  de  rentrée, «Narration Textile», Les  Drapiers ainsi  que Corinne  Clarysse et Dorothée  Van  Biesen, commissaires,  proposent  de  découvrir  le  travail de  six artistes  internationaux confirmés  ou  émergeants,  qui  s’emparent  de  ces  pratiques  pour  arrêter  le  temps, marquer  une  pause  dans  le  tourbillon  visuel  qui  nous  assaille  et  nous  invite  ainsi  à repenser ces images dont nous ne percevons parfois même plus la présence.

Annonce commerciale
 

Multitude de points de vue

L’exposition  “Narration  Textile”  plonge le  visiteur dans  une  multitude  de  points  de vue -tantôt  sérieux,  tantôt  décalés  et  fantaisistes-et  de  techniques  :  broderie, tuftage, feutrage -comme autant de manières d’appréhender notre époque et de la restituer  à  travers  ces  gestes  lents  et  artisanaux  pour  en  transcender  les  difficultés et les contradictions.

Au fil de coton, point après point, sur un tissu d’organza, Brodette (vit et travaille à Bruxelles)  immortalise  des  scènes  de  violences  policières  survenues  en  France pendant  le  mouvement  dit  «  des  gilets  jaunes  ».  Perdues  dans  le  débordement d’images   dont   est   fait   notre   quotidien,   ces   clichés   nous   heurtent   et   sont, simultanément, oubliés, remplacés par d’autres plus “accrocheurs”. Par le geste lent et délicat de la broderie et par le recadrage, l’artiste, qui vient de terminer un cursus en  Art  Textile  à  l’Académie  Royale  des  Beaux-Arts  de  Bruxelles,  nous  permet d’assimiler ces événements, de les vivre hors du flux incessant des informations, de les aborder avec plus de distance et de réflexion, pour ne plus les perdre de vue.

De même, Peter Federiksen (vit et travaille à Chicago) qui expose pour la première fois dans notre pays, a recours à l’arrêt sur image pour mettre en avant les moments de suspens des dessins animés de la Warner Bros Company. Ces captures d’écran brodées  à  la  machine  à  coudre,  une fois  extraites  et  détachées  du  scénario principal,  qu’on  sait  pourtant  plein  d’humour  et  de  fantaisie,  révèlent  leur  potentiel angoissant,  des  ponts  avec  les  images  d’actualité  se  créent,  nous  réinventons l’histoire et la tension est à son comble. Le dessin animé devenu broderie, travaillé en série, image par image, redevient film d’animation et nous invite à repenser notre rapport au temps et à la représentation.

C’est également par le biais de la broderie, savoir-faire qui lui a été transmis par sa grand-mère,  que Anaïs  Beaulieu (vit  et  travaille  à  Montreuil)  dont  c’est  aussi  la première  apparition  en  Belgique,  donne  une  signification  nouvelle  à  des  objets usuels.  Sacs en plastique,  mouchoirs  ou  gilet  de  sauvetage  sont  ornés  de  motifs traditionnels,  de  barbelés  ou  de  coraux.  Ainsi  ennoblis,  ces  ustensiles  de  la  vie courante  acquièrent  une  dimension  supplémentaire,  une  poésie  non  dénuée  de gravité. Leur sens premier s’additionne à l’histoire humaine universelle et rappelle à notre mémoire des récits de déracinement, de survie, de territoire malheureusement encore bien actuel.

Chez Richard  Saja (vit  et  travaille  à  New-York),  le  support  est  aussi  révélateur  et même   élément   déclencheur   du   travail.   Depuis   plusieurs   années   maintenant, Richard, figure emblématique du renouveau des arts textiles, travestit et déguise les comtesses,  bergers,  lavandières  et  marquis  des  Toiles  de  Jouy.  Transformés  en monstre, en punk ou en clown, ces personnages sortent de l’anonymat imposé par la répétition « à l’infini » du motif. La toile de Jouy est comme un livre de coloriage que  l’artiste,  jouant  des  couleurs  et  textures,  détourne  et  subvertit  au  gré  de  ses envies et de son imagination.

Martha  Samyn (vit  et  travaille  à  Gand),  a  un  plaisir  similaire  à  s’amuser  avec  les nuances et les matières pour matérialiser l’humain. Sa technique de prédilection, le tuftage,  lui  permet  de  réaliser  des  “tapis”  de  grandes  dimensions  sur  lesquels  et dans  lesquels  on  a  envie  de  s’ébattre  et  de  s’enrouler.  Malheureusement,  pour  la plupart  d’entre nous,  l’enfant  que  nous  étions,  celui  qui  se  serait  spontanément laissé  aller  à  des  roulé-boulés  joyeux,  a  été  délaissé.  Nous  sommes  devenus  des adultes  complexés,  notre  corps  a  perdu  son  innocence  et  c’est  par  procuration, grâce aux photographies tuftés de Martha, que nous devrons éprouver ce sentiment de liberté.

Ce   lâcher-prise, nous   le   cherchons   entre   autres   dans   les   voyages   et   le dépaysement.  Mais  de  vacances  exotiques,  il  ne  fut  point  question  ces  derniers mois et si nous rêvions d’île où nous évader, nous avions recours, comme Samuel Trenquier (vit  et  travaille  à  Bruxelles), aux  livres  et  pourquoi  pas  à  l’histoire  de Robinson  Crusoé.  Le  célèbre  naufragé  au  chapeau  tressé  et  son  compagnon Vendredi, inspire l’artiste et guide son aiguille à feutrer pour produire des sculptures foisonnantes  où  nature  luxuriante  et  une  certaine  esthétique  urbaine  se  mêlent, inventant des va et vient entre vie sauvage et citadine.

INFORMATIONS PRATIQUES

Du 4 septembre au 23 octobre 2021

Exposition accessible du jeudi au samedi de 14h à 18h

En dehors de cet horaire, possibilité de rendez-vous

Vernissage le samedi 4 septembre de 16h à 19h

Accès libre

Samedi 2 octobre sur réservation

Présentation  de  livres  d’artistes  textiles  par  le  CLA  avec  la  participation  de  Marie Van Roey et Christèle Simonard

Les Drapiers68

rue Hors-Château

4000 Liège

04 222 37 53

[email protected]

www.lesdrapiers.be

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.