Lamp-a-Terre: la pensée circulaire poussée à l’extrême

Pour la Lamp-a-Terre, les matières premières proviennent littéralement ‘du coin de la rue’. (Toutes les photos: BC Materials)

La pensée circulaire, la durabilité et l’utilisation de matériaux biosourcés locaux sont sur toutes les lèvres. La Lamp-a-Terre forme illustre à merveille la mise en pratique de cette pensée. Difficile de faire plus durable et circulaire que cette lampe, fruit d’une collaboration intensive entre la société bruxelloise BC (BC Architects, BC Studies et BC Materials) et Micro Factory.

Pour la Lamp-a-Terre, les matières premières proviennent littéralement ‘du coin de la rue’. Le socle est constitué de terre battue récupérée sur des chantiers bruxellois. L’abat-jour est fabriqué à partir renouée du Japon, une plante invasive. Ce concept se focalise sur l’existence de matériaux géosourcés et biosourcés locaux comme matériaux de construction et vise à souligner leur pertinence pour la société mondiale d’aujourd’hui.

Annonce commerciale
 

Annonce commerciale
 

Terre pure provenant de chantiers de construction

La Belgique extrait chaque année quelque 37 millions de tonnes de terre, dont 70% sont rejetés sous forme de déchets. BC Materials a donc commencé à transformer de la terre pure provenant de chantiers de construction en matériaux de construction locaux tels qu’enduits d’argile, blocs de terre comprimée et terre battue pour les murs et les sols. Des produits circulaires, neutres en carbone, sains et renfermant un minimum d’énergie grise.

Les initiateurs du projet soulignent qu’ils réfléchissent aussi au contexte plus large de l’économie circulaire. Ils souhaitent non seulement voir leurs produits se multiplier auprès d’un public plus large, mais veulent aussi diffuser plus largement l’enthousiasme pour les méthodes de construction ‘futureproof’. Le design de la Lamp-a-Terre a ainsi été conçu de manière à pouvoir faire produire celle-ci dans un atelier par des passionnés. 

Atelier de fabrication partagé

La conception et la production s’effectuent en collaboration avec un atelier de fabrication partagé, basé sur la participation et la mutualisation. Des ‘makers’ et artisans aux spécialités et horizons différents y partagent des espaces dédiés.

Ces ateliers ont lieu à la Micro Factory, un espace pour makers à Bruxelles qui encourage la création et la production collaborative. Les participants y découvrent différentes techniques de production, telles que meulage, soudure, câblage électrique, découpe jet d’eau et découpe laser. L’espace s’organise autour de différents ateliers et évolue suivant les initiatives et besoins des membres aux expertises et parcours divers. Tous participent activement au bon fonctionnement de l’espace, qui couvre les domaines suivants: bois, métaux, fabrication digitale, électronique, sérigraphie, textile et céramique. En partageant l’espace et les machines, l’expertise des machines, les outils et les connaissances deviennent plus largement disponibles.

Papier NotWeed

Pour l’abat-jour a été utilisé du papier NotWeed, la première marque de papier répondant au problème environnemental mondial causé par les plantes invasives et muant celui-ci en une opportunité pour la production de papier. Cette nouvelle marque de l’ONG Trajna, basée à Ljubljana (Slovénie), a été créée pour soutenir les efforts visant à développer des solutions créatives et durables aux plantes invasives et pour la production de papier. Des mauvaises herbes poussant sur des friches urbaines sont utilisées comme source de cellulose alternative pour la production semi-industrielle de papier.

Plus d’infos via www.bcmaterials.org et www.microfactory.be/nl_BE

Decostyle redactie

Mijn bureau bezorgt uitgevers content voor diverse bladen, vooral in de ruime bouwsector (nadruk op architectuur en interieurontwerp). Daarnaast staat INK in voor vertalingen in meerdere talen en levert het copywriting aan vooral professionele klanten. Uitgever en volledige redactie van interieurvakblad Decostyle.